Chasse subtile

(espagnol)

Nulle violence, nul heurt, nulle mise en scène expressive, mais un pacte secret avec la lumière et ses jeux vibratoires donne à sa vision son espace propre – aux frontières du concret et de l’abstrait, de l’opacité et de la transparence, de l’évidence et du flou – , ainsi que son temps propre, celui de la mémoire et de l’oubli.

Mémoire des nuages, dilution de fumées, évanescence des feux de la ville aux fenêtres du train à la tombé de la nuit, irisations solaires, trouées nettes ou reflets électriques : ce sont autant d’aventures lumineuses que le peintre à l’œil tactile fixe dans son langage minéral.

Déchirures, effilochements et rugosités des papiers de soie, colles et encres constituent les matériaux avec lesquels s’élabore cette entomologie des reflets.

YVES BELAUBRE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s